Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
A propos de private equity
Publié le 12/12/2019

Dominique Sénéquier, présidente d’Ardian (anciennement Axa Private Equity), invitée par Danielle Monteaux, déléguée générale du Cercle, et Jean Castelain, président, a décrit à l’auditoire sa perception de l’univers, des investissements et sa conception d’un management attentif.




Beaucoup de réglementations s’appuient sur des textes anciens, souligne Dominique Sénéquier. Ainsi, les préconisations sur le contenu du rapport de gestion de sociétés cotées en bourse se référencent aux droits de l’homme, plus précisément à la charte des droits de l’homme établie par l’ONU en 1948. Une révision de ce type d’obligation présenterait au moins l’avantage intrinsèque de proposer quelque chose de contemporain. Premier fonds d’investissement européen avec beaucoup d’actifs placés aux États-Unis, Ardian exerce une activité internationale d’origine américaine. Les précurseurs, Blackstone (550 milliards de dollars) ou KKR (234 milliards de dollards) ont commencé dans les années 75. Ils sont bien plus imposants qu’Ardian (96 milliards de dollards) parce qu’ils profitent de 20 ans d’avance. Dans sa première période (1996-2013), l’entreprise était captive, filiale du groupe AXA, et pâtissait d’une part, des lourdeurs d’une grande structure, et d’autre part de la méfiance de quelques prospects qui voient dans l’affiliation un risque de conflit d’intérêt. En prenant sa liberté, le fonds n’a plus été considéré comme proche d’AXA, concurrent historique d’Allianz outre-Rhin. Cette indépendance a engendré en quelques années un engouement important de la clientèle allemande auparavant distante, tandis que la percée aux États-Unis s’accentuait. En six ans, Ardian est passé de 36 milliards de dollars à 96. C’est éloquent, mais les concurrents ont connu la même croissance. En effet, avec des taux d’intérêt négatifs ou très bas, les fonds représentent une classe d’actifs très demandée, proche des actifs réels. Les clients recherchent des infrastructures, de l’immobilier, des entreprises avec un modèle économique. Les marchés sont hauts et chers, soit, mais les meilleurs rendements qui oscillent entre 13 et 20 % dopent la performance globale. De là découlent certains appétits. La faiblesse actuelle des taux d’intérêts crée cet environnement propice au développement de volumes conséquents pour les private equity. Ardian est le numéro 1 européen dans le secteur des infrastructures (route, éolienne, ferme solaire, aéroport, pipeline…) pour 17 milliards de dollars. La politique d’investissement de cette branche est exclusivement dédiée aux infrastructures loin de toute société très opérationnelle.


Gérer un tel portefeuille représente une immense responsabilité pour les 650 membres de la société qui a acquis un statut d’institution. La présidente  Dominique Sénéquier estime que ce rang exige une attitude éthique permanente. D’ailleurs, les investissements éthiques et responsables sont dans la charte de l’entreprise depuis plusieurs années. Tout investissement est précédé d’un audit ESG (environnement, social, gouvernance) sous forme de questionnaire. Ardian, de la même façon, se plie à ce type d’audit diligenté par ses clients, en signe notamment de transparence quant à sa politique. Dans ce registre, on peut pointer des subtilités : ainsi, si l’investissement auprès de fabricants d’armes est totalement proscrit, cela concerne le produit fini. En revanche, si vous ne vous occupez que d’un composant de l’ensemble, vous n’êtes pas nécessairement censuré. Pour résumer, les contraintes viennent des clients et génèrent des audits. Si le résultat est satisfaisant, un plan d’action est mis au point avec les managers de l’entreprise pour améliorer le rating (notation) périodiquement. Évidemment, il est préférable de respecter les listes d’exclusions américaine ou européenne pour éviter de mettre en danger la société. L’activité de gestion est drastiquement réglementée, de telle sorte qu’Ardian se conforme aux obligations de cinq pays : France, États-Unis, Grande-Bretagne, Suisse, Singapour, et bientôt Allemagne.


Dominique Sénéquier est très attachée au partage de la plus-value. Elle considère que dans la revente d’une société, une partie de la plus-value provient du travail de ses salariés. Il paraît pour elle normal de leur en rétrocéder un pourcentage sans toutefois pénaliser les clients investisseurs. 5 % de la plus-value, quand un rendement correct est atteint, représentent un taux raisonnable. Ce principe a soulevé deux hostilités à l’origine, celle des confrères et celle d’un assureur anglais. Mais l’idée s’est répandue en dix ans. « La vie est difficile. Il faut rester attentif à l’humeur de ses collaborateurs, leur accorder du temps, écouter leurs demandes et se montrer accommodant pour qu’ils soient heureux de venir travailler », souligne la présidente. Aujourd’hui chez Ardian, l’intéressement est le même pour tous les employés, soit 1/600e de l’enveloppe globale allouée, indépendamment du salaire ou de la fonction. Partie de Paris, la méthode a été étendue aux bureaux sur tout le globe, sous forme de bonus au mois de juillet. C’est un motif de satisfaction pour la présidente qui considère également que l’actionnariat salarié est une force, voire peut-être un bon moyen d’améliorer la retraite des employés. C’est un outil exceptionnel de redistribution de la richesse créée. Le plus souvent, les représentants des actionnaires (proxy) votent contre les plans d’AGA (attribution gratuite d’actions) trop généreux qui malheureusement ne différencient pas petits et grands salaires.