Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
« Les téléspectateurs, même profanes, sont exigeants : ils ont envie de voir des séries fidèles à la réalité. » - Entretien avec Clarisse Serre, avocate et conseillère juridique sur la série Engrenages
Publié le 10/06/2021 17:28


Souvent louée pour son réalisme et sa qualité, Engrenages doit notamment son succès à l’équipe de consultants – policiers, magistrats, avocats – largement associée à sa réalisation. L’avocate Clarisse Serre a prêté son œil expert au service de la série durant trois saisons, en amont comme en aval. Un exercice « pointilleux », qui ne doit toutefois pas faire oublier « qu’il s’agit d’une fiction ».

 

 

 

Comment avez-vous été amenée à être consultante sur des tournages ?

Il y a une vingtaine d’années, j’avais été contactée pour le film Tanguy, d’Étienne Chatiliez. On m’avait demandé de relire le script car une scène se déroulait au palais de justice, et je devais vérifier si elle était vraisemblable, sur le fond comme sur la forme. Je me suis aussi rendue sur le tournage durant deux jours. J’avais beaucoup aimé l’expérience. On m’a également approchée par la suite pour un projet de film, qui est malheureusement tombé à l’eau. Et puis, un jour, la scénariste Anne Landois m’a demandé si cela m’intéresserait de devenir consultante sur Engrenages. Je ne connaissais même pas la série ! Mais j’ai accepté, et j’ai rejoint l’équipe à partir de la saison 5. Ça m’a tellement plu que je suis restée trois saisons.

 

 

En quoi consistait votre aide et à quel stade ?

Contrairement à ce que j’avais été amenée à faire pour Tanguy, ici, lorsque je suis arrivée, l’histoire n’était pas écrite. On avait donc un rôle dès l’amont – je dis « on » car les scénaristes consultaient également des conseillers policiers et magistrats (lors de la première saison sur laquelle j’ai travaillé, tous les consultants étaient conviés en même temps, par la suite, nous étions vus séparément). On avait des réunions de travail très nourries, durant lesquelles les scénaristes nous exposaient leurs idées, en nous disant « là, je vois bien ça comme ça, à tel endroit ». Avec l’ensemble de consultants, nous leur indiquions ensuite comment cela se passait « en vrai ». Il y avait donc beaucoup d’échanges pour arriver à quelque chose de crédible, qui tenait la route. Et puis, une fois l’arche (le « squelette » de la saison, ndlr) écrite, on relisait tout : après validation, elle était découpée en épisodes, et les dialogues étaient introduits à ce moment-là. L’équipe passait ensuite au tournage, mais nous n’étions pas obligés d’y assister. Cela dépendait des réalisateurs : certains préféraient que l’on soit présent, d’autres non. 

 


« Il faut faire attention à ne pas tomber
dans le documentaire, (...) trouver le juste milieu. »

 

 

À quels détails faisiez-vous particulièrement attention ? Quelles erreurs avez-vous par exemple été amenée à corriger ?

Déformation professionnelle oblige, j’ai été très pointilleuse en relisant le script, sur les mots utilisés. Tenez, un grand classique : ce n’est pas toujours facile pour les non-initiés de faire la distinction entre un mis en examen, un prévenu ou un accusé. C’est un jargon juridique qui semble vouloir dire la même chose, mais qui, pour nous, professionnels du droit, permet de distinguer les différents stades de la procédure. D’où l’importance de les utiliser à bon escient. Tout comme un « PV d'audition » n’est pas un « PV d’interrogatoire ». Idem, on essaie d’éviter les écueils de type « mandat de perquisition » issus des séries américaines. En droit français on a la « commission rogatoire », ce qui parle beaucoup moins aux gens ! En-dehors de la terminologie, je pense aussi à des détails vestimentaires. Je me souviens notamment que lors d’un tournage au palais de justice, un acteur, qui jouait le rôle d’un prévenu arrivant de prison, avait une écharpe autour du cou. Ça m’a tout de suite sauté aux yeux : les détenus n’ont pas le droit de porter d’écharpe, pour des raisons de sécurité. J’ai pu relever comme ça plusieurs incohérences, parfois post-tournage, d’ailleurs. Il y avait notamment une scène où Joséphine Karlsson (l’avocate jouée par Audrey Fleurot, ndlr) se rendait en prison, et, en attendant de voir sa cliente au parloir, passait un appel depuis son téléphone. Quand j’ai vu la scène, j’ai immédiatement appelé la scénariste pour lui dire que c’était impossible, puisque, depuis 2012, les avocats ne sont plus autorisés à entrer dans une prison avec leur portable. Après vérification, il s’est avéré que ça ne figurait pas dans le script. Lors du tournage, le réalisateur a dû dire à l’actrice « tiens, il faudrait que tu aies un accessoire à la main ! ». C’est souvent lors de ces improvisations pour « combler » que des erreurs peuvent se glisser. La plupart du temps, on les débusque à temps, mais bien sûr, on ne voit pas tout : il y a donc quelques loupés. Cela arrive ! Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de fiction, et que la stricte reproduction de la réalité est de toute façon impossible. 

 





Engrenages




 

Justement, comment coller le plus à la réalité tout en évitant d’être trop technique pour ne pas « perdre » les téléspectateurs ? 

La passerelle est en effet délicate, car celui qui regarde la série doit avoir une impression de fluidité. C’est très bien que les gens puissent mieux connaître le fonctionnement du système judiciaire – c’était d’ailleurs mon objectif en acceptant de travailler sur Engrenages –, mais il faut faire attention à ne pas tomber dans le documentaire. On doit trouver le juste milieu, en tâchant d’éviter les erreurs, surtout les plus évidentes, tout en gardant à l’esprit que nous ne sommes pas là pour créer une scène qui sera montrée à de futurs magistrats. On évite donc de trop rentrer dans les détails : les gens apprécient qu’une série soit crédible, mais si on les noie, ils n’adhèrent plus. C’est la limite entre le profane et le non profane. Après tout, le but d’une série est que les téléspectateurs passent un bon moment. Alors, à certains moments, ils peuvent se dire « Non mais ça, c’est trop gros pour être vrai ! » Seulement, parfois, il faut que ce soit trop gros, qu’il y ait des rebondissements. Une série, c’est fait pour ça ! Quoiqu’au final, la réalité n’est, souvent, pas bien différente. 

 

 

La série connaît un réel succès depuis quelques années. Comment l’expliquez-vous ? 

En effet, on m’a rapporté qu’à partir de la saison 4, Engrenages a commencé à vraiment « cartonner », et pas seulement chez nous, elle a eu un prix aux États-Unis et s’est vendue dans beaucoup de pays. Preuve que la France est capable de faire de bonnes séries ! C’est aussi fou de voir à quel point l’engouement a été partagé par tous les publics, quel que soit leur milieu. Des magistrats, des greffiers, m’ont dit qu’il s’agissait selon eux de la première série française vraiment proche de ce qu’ils vivent au quotidien. Même des clients, en apprenant que j’étais consultante sur la série, n’ont pas tari d’éloges à son égard. Mais le plus satisfaisant, je trouve, est que ceux qui ne connaissent pas le monde de la police et de la justice aient su être sensibles à sa qualité. Les téléspectateurs, même profanes, sont exigeants : ils ont envie de voir des séries fidèles à la réalité. Ils se rendent très bien compte quand c’est le cas ou non. Et c’est vrai qu’Engrenages est particulièrement réaliste, ni « bisounours », ni manichéenne. La série montre notamment les dérapages qu’il peut y avoir du côté des policiers, des avocats et des magistrats, et la violence quotidienne à laquelle ces professions sont confrontées. 

Elle montre aussi assez clairement les relations entre les acteurs du monde judiciaire. On se rend compte que tel policier veut plutôt travailler avec tel juge, que tel juge préfère confier sa commission rogatoire à tel policier et qu’il redoute d’avoir en face de lui tel avocat… Je ne crois pas que cela ait été aussi bien exploité jusqu'alors dans une série française. 

À mon sens, c’est d’abord ce réalisme, et donc tout le travail réalisé pour y parvenir, qui explique la qualité de la série, et son succès. C’est pour cette raison que je ne comprends pas pourquoi il n’y a pas davantage de maisons de production qui font appel à des consultants. Pour ce que ça coûte par rapport au budget total vs la valeur ajoutée que cela représente… Je me suis vraiment aperçue qu’il y avait tout une communication à mener sur cet aspect. 

 

 

« Joséphine Karlsson est loin d’être une avocate ”type” :
elle est prête à tout ! »

 

 

 

L’autre atout de la série, ce sont des personnages forts, des personnages qui marquent, auxquels l’on s’attache… mais aussi qu’on aime détester, comme le procureur Machard, un type détestable et vicieux. Un jour, j’ai fait venir l’acteur qui l’interprète (Dominique Daguier, ndlr) au pot de la presse judiciaire, au palais de justice. C’était très drôle de voir la majorité des personnes que nous avons croisées l’accueillir par un « Bonjour Monsieur le procureur ! »

Dans le même genre, Caroline Proust (l’un des personnages principaux, qui incarne une commissaire de police, ndlr) m’a déjà avoué qu’elle se faisait régulièrement appeler « Capitaine Berthaud » dans la rue. Pour le coup, c’est un personnage auquel les gens s’identifient facilement, car elle est droit dans ses bottes et se donne corps et âme pour mener à bien ses enquêtes. Par ailleurs, (spoiler) un des personnages récurrents meurt dans la saison 5. L’acteur avait souhaité arrêter l’aventure pour se consacrer à d’autres projets. Son décès a engendré beaucoup de réactions, les gens n’ont pas compris qu’il puisse disparaître. C’est aussi à cela qu’on reconnaît une série qui marche !

 

 

Engrenages compte notamment une avocate parmi ses personnages principaux. à quel point représente-t-elle la profession ?

Joséphine Karlsson est loin d’être une avocate « type » : elle est au contraire prête à tout, elle a des méthodes peu scrupuleuses. Elle flirte souvent avec les limites de la légalité et de la déontologie dans l’exercice de sa profession. à mon avis, elle aurait souvent mérité de passer devant le conseil de l’Ordre ! (rires) Les scénaristes m’ont d’ailleurs souvent demandé, lorsqu’ils avaient une idée en tête : « Si Joséphine fait ça, est-ce qu’elle a des chances de ne pas se faire attraper ? » Dans ces cas-là, j’expliquais généralement que c’était très risqué, mais que si une avocate décidait d’agir ainsi et qu’elle ne se faisait pas prendre, ce ne serait pas choquant qu’elle ne soit pas sanctionnée. Cela dit, je pense que les téléspectateurs comprennent bien que ce n’est pas un comportement « classique » d’avocat(e)...

Dans un autre registre, Joséphine Karlsson est toujours en robe et en talons aiguilles. Or, quand on fait du pénal à longueur de journée, que l’on prend trois fois le train dans la semaine pour se rendre en maison d’arrêt, ce n’est pas vraiment l’accoutrement idéal. 

Mais c’était un détail que les scénaristes ne voulaient pas lâcher, car il faisait partie du personnage : une avocate sexy, truculente, qui n’a pas froid aux yeux. Les téléspectateurs ont besoin de personnages intenses et marginaux. Regardez, moi, je n'intéresserais personne, je suis bien trop normale ! Vous pensez bien, une avocate mère de famille, si on me filmait au quotidien, qu’est-ce qu’on s’ennuierait ! J’ai une vie bien trop formatée, bien trop « plan plan » ! 

 

 

Quelles difficultés cela pose-t-il de faire entrer du judiciaire dans une série ? 

Je dirais que le problème le plus important était celui du timing, par exemple lorsqu’il était question d’un procès devant la cour d’assises. Les assises, dans la vraie vie, cela dure minimum trois jours, et jusqu’à plusieurs mois pour les affaires importantes. Sauf qu’en l’occurrence, il fallait articuler ça avec des épisodes de 50?minutes ultra denses. Ce n’était pas évident, et je n’aurais pas aimé être à la place des scénaristes !

Et puis, il y a aussi les difficultés liées aux lieux de tournage, car l’équipe devait veiller à ne pas perturber l’activité judiciaire. Lorsque des scènes devaient être tournées au palais de justice, si les salles d’audience étaient occupées, il fallait donc attendre le weekend, les vacances ou le soir. L’un des réalisateurs voulait par exemple tourner une scène d’élection du conseil de l’Ordre des avocats dans la bibliothèque du palais de justice. Pour ne pas gêner, le tournage a commencé à 16h… et fini à 2h du matin. Heureusement, le problème ne s’est pas posé pour la 2e DPJ (Direction de la police judiciaire, ndlr), puisqu’il s’agissait de locaux reconstitués. 

 

 

Engrenages fait la part belle aux crimes glauques, particulièrement dans ses premières saisons. À votre avis, pourquoi les téléspectateurs en sont friands ?

Il y a ce petit quelque chose de voyeur en chacun d’entre nous qui fait que l’on aime les faits divers. En France, on a toujours eu des journaux avec au moins une brève « police » un peu sordide. D’ailleurs, le fait divers ne connaît pas la crise : il suffit de voir comment se porte le Nouveau Détective… Certes, c’est un magazine qui s’adresse à une population particulière, à grand renfort de titres sensationnalistes, mais cela va bientôt faire 100 ans qu’il existe, et il continue d’être lu. J’ai l’impression que ces histoires, qui ont à la fois un effet répulsif et attractif, nous poussent à nous interroger. Il y a ce côté fantasmagorique de se dire « ça pourrait être moi ». Comme victime, d’abord, puisque n’importe qui peut se retrouver victime, et, à ce titre, on peut donc tous se sentir concernés. Mais ce n’est pas le seul rôle dans lequel on se projette : « Si j’étais policier, je n'aurais pas laissé échapper ça », ou encore « Si j’étais le criminel, je n’aurais pas fait ça comme ça ». à chacun sa part d’ombre ! 

 

 

Êtes-vous, vous-même, consommatrice de séries policières ?

À vrai dire, pas du tout, même si je lisais beaucoup de thrillers à une période. Je sais qu’il y a de très bonnes séries, mais en tant qu’avocate pénaliste, je suis constamment confrontée au grand banditisme et aux crimes de sang, alors, le soir, plutôt que de me replonger dans ce que je vis au quotidien, j’ai besoin de m’oxygéner un peu. Dernièrement, j’ai par exemple regardé Le jeu de la dame, la série sur les échecs dont tout le monde parle depuis quelque temps. 

Ce qui m’amuse, c’est que je regarde les séries avec un autre œil depuis que j’ai assisté aux coulisses d’Engrenages. J’arrive à cerner la recette magique pour des rebondissements réussis ; les mécanismes mis en place pour qu’à la fin de l’épisode, le téléspectateur ne s’arrête pas de regarder. Je parviens aussi bien mieux à détecter les scènes « de remplissage », celles qui sont inutiles. Quand je vois qu’il commence à y avoir des épiphénomènes autour de l’un des personnages, je me dis tout de suite : « Ah, ça, c’est du comblage, ça n’a aucun intérêt ! »

 

 

Quel bilan tirez-vous de votre expérience comme consultante ?

C’était incroyable ! Je me suis beaucoup amusée et très bien entendue avec toute l’équipe, alors si en même temps j’ai pu contribuer à donner un gage de crédibilité à la série, j’en suis ravie. Je n’ai pas compté mes heures, mais cela valait le coup, car c’était une expérience unique. D’autant qu’on laisse un peu de soi en participant à la création. J’ai notamment raconté tout un tas d’anecdotes qui m’étaient arrivées, ce à quoi j’avais pu assister lors d’audiences un peu mouvementées… Le fait de voir ensuite comment les scénaristes se sont inspirés de ces récits et les ont transformés pour la télévision, ça avait un petit côté magique. 

J’ai aussi appris beaucoup de choses, en particulier grâce aux consultants policiers. Ils m’ont fait comprendre que dans leur profession, souvent, la fin justifie les moyens. D’ailleurs, c’était intéressant de réaliser à quel point avocats et policiers n’ont pas la même vision des dossiers. Clairement, ils ne poursuivent pas les mêmes objectifs.

Et puis il y a quelque chose que je ne vous ai pas dit : je n’ai pas seulement été conseillère sur Engrenages, j’ai aussi été figurante ! J’apparais seulement quelques secondes dans un épisode. Mais, petit clin d'œil, j'interprète... une avocate !

 

 

Seriez-vous prête à reprendre votre casquette de conseillère juridique ?

Eh bien, j’ai tellement aimé ce rôle, que je suis actuellement consultante sur un nouveau projet. Quand on m’a proposé d’en faire partie, je ne me suis même pas posé la question, j’ai foncé ! Je n’ai pas le droit de trop en parler, mais brièvement, il s’agit d’une série dont le personnage central est une avocate. Contrairement à Engrenages, qui était déjà en route depuis plusieurs saisons lorsque je suis arrivée, là, tout prend beaucoup plus de temps : je vois la série sortir de terre. J’espère que le tournage aura lieu dès cette année ou l'année prochaine. En tout cas, j’ai hâte de voir ce que cela va donner !

 

Propos recueillis par Bérengère Margaritelli

 


0 commentaire
  • 3 + 3 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10