Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
En bref en IDF (75, 78, 95)
Publié le 31/07/2022 09:00
En bref en IDF (75, 78, 95) /><img src=

PARIS

Avec le dispositif « Éco-rénovons Paris 2 », la Ville de Paris vise la rénovation énergétique de 22 500 logements privés 

 

Après avoir mis en place en 2016 le 1er dispositif de massification de la rénovation énergétique du parc privé intitulé « Eco-rénovons Paris », qui a permis de générer 285 votes de travaux contribuant ainsi à la rénovation de près de 10 890 logements, la Ville vient de lancer « Éco-rénovons Paris 2 ». 

Elle souhaite par ce biais engager les copropriétés privées dans des projets d’adaptation au changement climatique en les incitant à mettre en œuvre « des interventions globale à forte valeur environnementale » : recours à l’utilisation de matériaux biosourcés, création d’îlots de fraicheur, utilisation d’énergies renouvelables... Objectif : combiner baisse des consommations énergétiques, réponse aux enjeux climatiques, biodiversité, amélioration du cadre de vie et confort des logements aussi bien en hiver qu’en été et réduction de l’empreinte carbone du territoire.  

Dans la continuité d’Eco-Rénovons Paris 1, Eco-rénovons 2 est doté de plus de moyens pour l’accompagnement des copropriétaires s’engageant dans un projet de travaux, et d’un budget à hauteur de 58 millions d’euros pour le financement des travaux. Le projet vise la rénovation de 22 500 logements privés sur l’ensemble de la mandature, soit près de 2,5 fois plus qu’Eco-rénovons Paris 1. A ce titre, la Ville cible particulièrement les immeubles les plus énergivores. Et à Paris, ce n'est pas ce qui manque, puisque près de 90 % des 47 000 copropriétés parisiennes ont été construites avant la première réglementation thermique. Bonne nouvelle, toute copropriété parisienne qui envisage un projet de rénovation énergétique peut être éligible au programme. 

Pour accompagner les copropriétés dans leur projet, Eco-rénovons Paris propose un soutien gratuit par des conseillers éco-rénovation qui dépendent de l’Agence Parisienne du Climat. Le dispositif permet de mobiliser des aides financières spécifiques de la Ville de Paris et toutes les autres aides disponibles (MaPrimeRénov’ Copropriété de l’Anah et le chèque maîtrise d’œuvre de la Métropole du Grand Paris).  

 



YVELINES

Une nouvelle passerelle relie les Yvelines à La Défense

 

Depuis le 18 juillet, piétons et cyclistes disposent d’une nouvelle « liaison douce » entre les Yvelines et La Défense.

Construite dans le cadre du chantier de prolongement du RER E à l’ouest de l’Ile-de-France vers Mantes-la-Jolie, la passerelle, greffée au pont ferroviaire de la Seine à la hauteur de Bezons, relie la gare d’Houilles-Carrières et Nanterre.

Attendue depuis presque 10 ans, cette passerelle de 650 mètres de long située à 10 mètres de la Seine, permet désormais aux usagers de rejoindre le quartier d’affaires en toute sécurité. Auparavant, ces derniers étaient obligés d’utiliser le pont de Bezons, « saturé par le trafic routier, mais surtout qui est dangereux », pointe le Département.

Ce dernier, tout comme Le Département des Hauts-de-Seine, la Région Île-de-France et l’agglomération de Saint-Germain-Boucles-de-Seine, a participé au financement du projet à hauteur de 2 millions d’euros, sur un total de 8,2 millions d’euros. 




VAL-D’OISE

Le Département lance le troisième appel à projets en faveur des insectes pollinisateurs sauvages

 

Le 8 juillet dernier, les élus du Val-d'Oise se sont réunis en Assemblée départementale autour de la présidente du Département, Marie-Christine Cavecchi. À cette occasion, ils ont décidé de lancer la 3e édition de l’appel à projets en faveur des insectes pollinisateurs du Val-d’Oise, effectif depuis le 15 juillet. En effet, le Département est engagé depuis 2020 dans la mise en œuvre d’actions favorables aux pollinisateurs sauvages afin d’améliorer leur prise en compte dans les aménagements du territoire. Ainsi, 12 projets de communes et d’associations ont déjà été soutenus par le Département lors des éditions précédentes à hauteur de 65 000 euros.

Marie-Christine Cavecchi, présidente du Département du Val-d’Oise, explique que le 95 est « un territoire qui doit être préservé, et le Département est particulièrement sensible à la protection de l’environnement ». Elle a également déclaré : « nous devons aux insectes pollinisateurs sauvages la diversité et la reproduction de la majorité des plantes à fleurs qui nous entourent, nous nourrissent et font la beauté de nos paysages. Les services qu’ils rendent nous sont vitaux. »

Les projets devront regrouper des actions de sensibilisation, de participation des publics et des scolaires en particulier, mais aussi des actions d’amélioration des connaissances scientifiques ainsi que des aménagements d’espaces verts favorables aux insectes pollinisateurs sauvages.

Parmi les actions concrètes, les candidats pourront, entre autres, proposer des projets de sensibilisation auprès des habitants à une apiculture soucieuse des pollinisateurs sauvages, de modification des schémas de fleurissement et de gestion des espaces verts, de création de trames noires (non éclairées) ou des espaces esthétiques gérés écologiquement avec des fleurs locales.

Le budget alloué par le Département à cette 3e édition est de 35 000 euros. L’appel à projets est ouvert aux collectivités, associations et syndicats professionnels sur la site du Département depuis le 15 juillet et jusqu’au au 14 octobre 2022.

 

 


0 commentaire
  • 6 + 0 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10