Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
Hausse des matières premières, comment réduire l’impact ?
Publié le 11/05/2022 14:11
Hausse des matières premières, comment réduire l’impact ?/><img src=

L’activité a été marquée, à la fin du premier trimestre 2022, par la poursuite de la hausse des coûts de production. Les restrictions très strictes en Chine dues aux confinements successifs ont notamment eu pour effet de créer de nombreuses pénuries et générer des perturbations d’une durée indéterminée. Les bassins industriels asiatiques sont encore régulièrement en sous-production (vêtements, chaussures, puces électroniques, composants, pièces détachées). Parallèlement, les réductions d’activité des ports ont également renchéri les tarifs du fret maritime.

 

 


La guerre en Ukraine

À ces problématiques s’ajoute désormais une très forte tension sur les marchés des matières premières énergétiques (pétrole, gaz), dans un contexte de crise internationale née du conflit militaire en Ukraine. L’ensemble conjugué de ces phénomènes a pour effet de générer un terreau inflationniste lié à une hausse nécessaire des prix de vente afin de pouvoir préserver les marges des entreprises.

 

 


L’inquiétude des chefs d’entreprise

En cette période de clôture des bilans 2021, les perspectives de croissance pour l’année à venir sont revues à la baisse, et l’inflation sur 12 mois est portée à plus de 4 %. L’inquiétude des dirigeants est donc multiple, il faut :

réorganiser les chaînes d’approvisionnement pour faire face aux différentes ruptures ;

anticiper les hausses de coûts et avoir la capacité de les répercuter sur les prix de ventes au consommateur final ;

évaluer l’évolution des marchés et l’impact du contexte international sur la consommation.

Ces questions se posent par exemple, et de manière non limitative, dans les domaines d’activités que nous rencontrons :

automobile : rupture d’approvisionnement des composants électroniques, puis désormais des faisceaux électriques ;

agro-alimentaire : hausse des cours des matières premières, grilles tarifaires déjà fixées avec la grande distribution ;

industrie : impacts très importants du coût du gaz et de l’électricité, par exemple dans l’imprimerie, la cartonnerie, du prix des matériaux (notamment le bois et l’acier) et du prix du gaz qui aura un impact sur tous les produits manufacturés ;

transport : poste carburant prépondérant ;

négoce : rupture de matières premières (argiles pour production de carrelages par exemple, etc.).

 

 

Le plan de résilience du gouvernement

Pour faire face au poids significatif de ces hausses de coûts, un plan de résilience a été présenté le 16 mars 2022 par le gouvernement, avec pour objectif de faire face aux difficultés de trésorerie rencontrées.

Tout d’abord, le PGE (Prêt Garanti par l’État), dispositif mis en place lors de l’épidémie de Covid-19, demeure disponible sous ses modalités actuelles, jusqu’au 30 juin 2022 et pour toutes les entreprises éligibles et pour quelque motif que ce soit. Pour les entreprises impactées par les conséquences économiques du conflit ukrainien, le gouvernement a de surcroît décidé de relever le montant du PGE pour qu’il puisse atteindre 35 % du chiffre d’affaires, contre 25 % dans le dispositif général.

Parallèlement, les prêts bonifiés de l’État sont également prorogés jusqu’à la fin de l’année 2022. Ils sont quant à eux adaptés aux entreprises n’ayant pas pu bénéficier d’un PGE, mais qui présentent des perspectives réelles de redressement économique.

Le prêt croissance industrie, mis en place en décembre dernier, est désormais ouvert aux entreprises du BTP.

Enfin, les recours au report de paiement des obligations sociales et fiscales est aussi facilité pour les entreprises mises en difficulté par l’augmentation des prix de l’énergie.

En ce qui concerne les aides ciblées, des remises carburants, notamment pour les professionnels du transport, sont octroyées. Le sont également des aides aux entreprises dont les dépenses de gaz et d’électricité représentent une part élevée des charges, et au moins 3 % du chiffre d’affaires, et qui du fait du renchérissement de leurs dépenses en énergie, deviendraient déficitaires en 2022.

L’incidence de l’ensemble de ces facteurs économiques a pour effet de renforcer la vigilance du commissaire aux comptes, une de ses prérogatives consistant à s’assurer que les mesures nécessaires au maintien d’une activité pérenne sont prises et efficaces.

 

 


Les conseils du commissaire aux comptes

Face à ces incertitudes, et dans le cadre de ses missions, le commissaire aux comptes est à même d’éclairer les dirigeants sur les différentes possibilités qui s’offrent à eux afin de minimiser les effets.

Il existe par exemple un outil permettant d’atténuer, dans le temps, l’incidence de la hausse des coûts des matières stockées et donc l’impact à venir des baisses de marges : la provision pour hausse de prix. Sa constatation, en franchise d’impôt, peut être réalisée pour toute hausse de cours supérieure à 10 %. Nous invitons nos clients dirigeants à se positionner sur cette option facultative. Toutefois, cette mesure comptable et fiscale n’a pas d’incidence sur la trésorerie de l’entreprise, sauf une économie d’impôt.



Olivier Smague,

Commissaire aux comptes et associé chez Talenz Audit

 

0 commentaire
  • 5 + 7 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10