POLITIQUE

Une petite dizaine de professionnels de justice (re)font leur entrée à l’Assemblée nationale

Une petite dizaine de professionnels de justice (re)font leur entrée à l’Assemblée nationale
Publié le 10/07/2024 à 15:14

Absents lors de la précédente législature, sept d’entre eux retrouveront les bancs de l’Assemblée après une période plus ou moins longue loin de l’hémicycle. Parmi eux, un notaire et une majorité d’avocats de profession.

Renouvellement de l’Assemblée nationale ne veut pas dire majorité de nouvelles têtes. Avec près de 160 primo-députés élus lors de ces élections législatives anticipées, celles-ci enregistrent un taux de renouvellement plus faible que lors des législatives de 2022 et plus particulièrement de 2017, qui avaient vu une percée des macronistes et un taux de renouvellement de 75 % du personnel.

Cette tendance se confirme chez les élus issus des professions de justice. Parmi ceux qui ne siégeaient pas dans la précédente Assemblée dissoute le 9 juin dernier, ils sont sept à retrouver la députation après quelques années à l’écart du palais Bourbon, à l’instar d’Olivier Becht, ancien magistrat au tribunal administratif de Nancy.

Absent de la précédente législature puisqu’il occupait les fonctions de ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l'attractivité et des Français de l'étranger, il est réélu sous la bannière Ensemble pour un troisième mandat, avec 37,23 % des voix dans la 5e circonscription du Haut-Rhin.

Autre ancien magistrat, à la Cour des comptes cette fois, et membre de droit du Conseil constitutionnel en tant qu'ancien président, François Hollande retrouvera l'Assemblée pour la première fois depuis 2012, faisant de ce mandant le cinquième à son actif. Celui qui a occupé la magistrature suprême de 2012 à 2017 a été élu pour le Nouveau front populaire avec 43,3% des voix dans la 1re circonscription de son fief en Corrèze.

Une seule primo-élue chez les professionnels de justice

Député du Nord de 2002 à 2017, le notaire Sébastien Huyghe (divers droite) – le seul dans l’hémicycle – n’avait pas été renouvelé dans son mandat lors des législatives de 2022, éliminé dès le premier tour. Il regagne finalement son fauteuil avec 55,45 % des votes face à Victor Catteau (RN) qui l’avait battu deux ans auparavant.

L’avocate de profession Brigitte Barèges (LR-RN) et maire de Montauban prend elle aussi sa revanche dans la 1re circonscription du Tarn-et-Garonne, après 12 années d’absence à l’Assemblée. Elle est élue avec 51,25 % des voix face à la socialiste sortante Valérie Rabault qui l’avait battue lors des élections de 2012.

L’avocat tarnais Philippe Bonnecarrère change de bancs et passe de ceux du Sénat, où il est élu depuis 2014, à ceux de l’Assemblée nationale, qu’il a déjà occupés entre 1993 et 1997. Avec 56,23 % des suffrages, il reprend au Rassemblement national la 1re circonscription du Tarn, la seule du département jusqu’alors détenue par le Rassemblement national.

Deux avocates toujours en exercice ont elles aussi rejoint les rangs de la chambre basse. Députée de la 5e circonscription des Pyrénées-Atlantiques de 2012 à 2017, l’avocate généraliste au barreau de Bayonne, Colette Capdeville, battue lors des législatives de 2017, rempile pour un second mandat, remporté avec 62,64 % des voix sous l’étiquette PS-NFP face à un candidat RN.

L’avocate au barreau de Paris, Marie Récalde (NFP), retrouve elle aussi son siège de députée de la 6e circonscription de la Gironde, perdu sept ans auparavant face à Eric Poulliat (RN). Elle a été élue avec 39,78 % des suffrages exprimés.

Seule inconnue au bataillon parmi ces professionnels de justice, l’avocate au barreau de Nîmes, Sylvie Josserand (RN), élue députée de la 6e circonscription du Gard. Très discrète sur sa vie privée, l’avocate indiquait au Midi Libre que « c’est uniquement en tant que tel qu’elle [a voulu] apparaitre dans cette campagne ». Celle qui ne se voit donc pas comme une femme politique, mais comme une experte en droit, siègera pour la première fois à l’Assemblée nationale.

Ceux qui se maintiennent

Parmi les élus issus des professions de justice qui renouvellent leur mandat obtenu en 2022, on retrouve l’indéboulonnable Charles de Courson (LIOT), ancien magistrat à la Cour des comptes et élu député sans discontinuer depuis 1993 dans la 5e circonscription de la Marne. Il entame cette année son huitième mandat.

Citons aussi l’avocat Sacha Houlié (2e circonscription de la Vienne, Renaissance), puissant président de la commission des lois sous la précédente législature, sa consœur Naïma Moutchou (4e circonscription du Val-d’Oise, Horizons), ancienne vice-présidente de l’Assemblée nationale, mais aussi leurs confrères Jean-Carles Grelier (5e circonscription de la Sarthe, Renaissance) et Romain Daubié (2e circonscription de l’Ain, divers droite), entre autres.

Deux anciens juges d’instruction quittent l’Assemblée

Qui dit renouvellement, dit également députés sortants. Didier Paris (Renaissance), ancien juge d’instruction au tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains, ancien sous-préfet de Beaune et ancien conseiller à la cour d'appel de Lyon, cède la 5e circonscription de la Côte-d’Or qu’il occupait depuis 2017 au candidat du Rassemblement national, René Lioret.

La députée macroniste Laurence Vichnievsky (3e circonscription du Puy-de-Dôme) quitte elle aussi l’Assemblée après deux mandats successifs en 2012 et 2017. L’ancienne avocate générale près la cour d'appel de Paris, qui a également présidé le tribunal de grande instance de Chartres, a été remplacée par le représentant du NFP Nicolas Bonnet. La magistrate avait collaboré au sein du pôle financier du tribunal de Paris avec une autre juge engagée en politique, l’ex-députée européenne Eva Joly (Verts, 2009-2019).

Le magistrat en disponibilité et juge des libertés et de la détention Charles Prats (LR-RN) aura quant à lui tenté sa chance sans succès. Arrivé en tête au premier tour dans la 6e circonscription de Haute-Savoie, le magistrat qui avait fait polémique en posant en robe sur ses tracts est défait par le candidat Ensemble, Xavier Roseran, qui l’emporte avec 58,84 % des voix au second tour.

Nicolas Turcev et Allison Vaslin

 

 

0 commentaire
Poster

Nos derniers articles